Le 2 ème  tour de l’élection présidentielle opposera Emmanuel Macron et Marine Le Pen. J’en prends acte et le regrette pour la France.

Je n’appelle pas voter Emmanuel Macron qui a été l’un des artisans, comme conseiller  et ministre du quinquennat de Hollande, que j’ai vigoureusement critiqué.

Le profil de ses soutiens n’a rien de rassurant sur les mesures sociétales ou économiques qu’il prendra quand il sortira de l’ambiguïté. Je ne veux pas d’une société dérégulée, déracinée, mondialisée, régie par les lois du marché. Cela nous conduirait vers la loi du plus fort, au détriment des moins performants et des plus fragiles.

Je n’appelle pas à voter Marine Le Pen . Son élection conduirait rapidement à une France bloquée, sans possibilité de faire les réformes dont elle a besoin.  Je suis en désaccord avec  sa vision d’une France coupée du monde, la sortie de l’Europe, ses propositions économiques…

Quelle que soit l’issue du scrutin présidentiel, les élections législatives de juin prochain sont un enjeu majeur pour la France. Il faudra des candidats libres, fidèles à leurs engagements, capables de défendre la dignité humaine, la juste répartition des richesses, les corps intermédiaires, le dialogue social, la famille…C’est tout le sens de ma candidature sur la 1ère circonscription.  Finalement quelle cohérence y aurait-il  à s’opposer franchement à François de Rugy, député sortant et fidèle soutien de Macron et à voter comme lui ?

J’invite chacun à voter en conscience.